L’observation chez les éducateurs.

L’observation est un outil et une aide indispensable dans nos pratiques professionnelles auprès des enfants mais aussi très utile pour tout parents. Marià Montessori soulevait l’importance de cette pratique pour l’éducateur. Ce dernier peut prendre du recul, s’ouvrir l’esprit et se remettre en question dans sa pratique.

En quoi l’observation est indissociable de notre rôle d’éducateur? Sui-‘je vraiment utile à juste observer? Est ce que nous devenons nous pas passif alors dans nos pratiques éducatives?

Beaucoup n’accordent pas d’importance à l’observation. Dans le cadre de ma formation d’Assistante maternelle agréée, nous n’avons jamais été informé de l’intérêt dans notre rôle d’éducateur. Je le faisait naturellement mais j’ai compris l’importance d’ecrire nos observations que lorsque j’ai suivi la formation Montessori à l’AMI*.

Le principe de l’observation est d’aider un enfant ou un groupe d’enfant à se reconcentrer sur le travail. S’il y a un désordre, il y a une raison. L’observation permet de prendre du recul et de voir ce que l’on ne peut pas voir lorsque nous sommes imprégnés dans le travail avec les enfants. Le désordre peut venir d’un enfant ou d’un groupe d’enfant. Il se peut que l’environnement ou le matériel n’est pas adapté. L’éducateur ne remplit pas son rôle.

Quelles sont les étapes importants pour une observation utile?

  1. Avant l’observation:
  • Il faut la préparer. Il faut se fixer des objectifs car votre observation peut très facilement partir dans tous les sens. Pour cela, defénir exactement ce qu’on va observer.Quel Enfant? seul ou au sein du groupe ou avec l’éducateur?  A quel moment? Pourquoi lui ? Avez-vous remarquer des changements de comportement dans son travail qui fait que vous êtes intéressé à l’observer? Cela peut être un moment de travail, de sommeil ou même de repas.
  • Réfléchissez aux outils que vous pouvez utiliser pour reccueillir les données: filmer, prendre des notes, enregistrer , photos.

2. Pendant l’observation:

  • Veiller à avoir une attitude bienveillante. Rester objective. Observer juste ce que vous voyez et entendez. N’impliquez pas vos vécus personnels,ou émotions. Ce n’est pas une critique ni un jugement.
  • On se place dans un coin sur une chaise sans gêner le travail des enfants. Lorsque nous observons, nous devons plus intéragir avec les enfants. Nous devons protéger notre travail. Si un enfant vient nous interroger, nous lui expliquons juste ce que nous faisons.
  • On est dans la description et on note tout ce qu’on voit ou entend par rapport à nos objectifs de départ. On n’est pas dans la situation d’analyse pour le moment. On note les actions qu’il fait pour communiquer, les gestes pour effectuer le travail, les intéractions avec les autres, les sentiments que l’enfant fait paraître. Quel matériel utilise t’il? Est ce qu’il est dans un processus de répétition?

3. Après l’observation:

  • On va rédiger l’observation. Est ce qu’on garde toutes les informations par rapport à notre objectif?
  • Ensuite vient l’analyse. Elle peut se faire seule ou mieux en équipe au sein d’une structure. Il s’agit d’interpréter nos observations. On détermine le développement et les progrès des apprentissages de l’enfant. On pourra déterminer ce que l’enfant est capable ou non de faire, ce qui l’intéresse ou non,  afin de lui proposer un matériel qui ne le mettra pas en position d’échec. L’observation aidera donc à  faire évoluer l’environnement. Un matériel qui ait délaissé par les enfants n’a donc pas d’intérêt à rester. Il ne convient peut être plus. L’observation permet aussi d’observer la place des éducateurs au sein de l’environnement. Un éducateur qui parle pendant par exemple pendant le travail peut déranger les enfants. Ceci peut expliquer un désordre dans une classe.
  • Enfin les observations rédigées est un support utile pour pouvoir échanger ensuite avec les parents.

Ils existent plusieurs façon d’observer. En voici les principaux.:

– la plus pratiquée est l’observation narrative: Vous écrivez tout ce que vous voyez et entendez. Tous les gestes et paroles doivent être écrit. Vous notez tout les détails: quand? ou? qui? avec qui? avec quoi?

– Observation quotidienne: Vous obeservez au jour le jour le développement et  les apprentissages important d’un enfant en particulier.

– Observation anecdotiques: Elle concerne d’observer et de rédiger brièvement un moment important d’un enfant. ( ses premiers pas, sa première peinture…).

– Observations sous forme de journal( blog, cahier de liasion…): ce mode consiste à rédiger des histoire courtes sur un enfant durant une activité. L’observateur y rajoute son interprétation valorisante pour l’enfant ( pas de données négatives). On souligne ce que l’enfant est capable de faire. On peut y inclure des photos, vidéos Et aussi les réflexions et commentaires de l’enfant lors de son activité.

– Observations en petites séquences( 10-15 min) sur une longue période dans la journée: 8H05; 8h20; 8h40…

A vous ensuite de les exploiter suivant l’enfant, la situation, le moment disponible pour vous en tant que observateur. 

 

* AMI: Association Montessori Internationale.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer

Sliding Sidebar

À propos

À propos

Maman, Aide-éducatrice Montessori AMI et Globe-trotteuse. Je suis passionnée par la pédagogie M.Montessori, la culture Anglo-saxone et depuis quelques mois je suis dans une démarche, avec ma famille, de Zéro déchet.